LA RÉVÉLATION  D’ARÈS, FIN

 

 

Dans ce dernier article concernant la RA, je commence par démontrer la présentation de ces textes par leur auteur, ce à quoi ils tendent, ou quelle est leur visée :

Dans l’édition de 2009, à la fin de la présentation du logo on peut lire : "Le monde redeviendra Éden, la mort elle-même sera vaincue" (p. 11). À la page 25, dans l’encadré, Potay répète : "La RA fera lever sur le monde le jour où l’homme ne souffrira plus ni ne mourra" ! Dans l’introduction on trouve : "La RA constitue la seule voie vers la Lumière" (p. 19) ; "Ce livre ne peut déboucher, une fois accomplie, que sur un monde changé sans religion ni politique, ni institutions interventionnistes ou dirigistes" (p.19). La fin de l’introduction se termine par un titre intercalaire qui précise : "Universalité de ce livre", une universalité qui ne donne plus accès ou aucun signe de vie aux cultures, puisqu’"elles sont implicitement dénoncées dans la RA" !

Commencer un chemin qui se veut universel en promettant l’annihilation de l’évènement le plus sûr, le plus absolu de la Vie ou le plus véridique, étant la fin de tout organisme vivant, homme, animal ou végétal, c’est commencer son chemin de travers : car le monde n’a jamais été un Éden, la mort n’a été et ne sera jamais vaincue, la vie et la mort étant les deux inséparables facettes de la Création Divine, qui commence par la vie et se termine par la mort. Puis, ajouter à cette distorsion de la logique et de la réalité, une universalité qui annihile toutes les cultures et toutes les religions ! Cela veut dire imposer un arrière-fond de nihilisme inconcevable, et un autoritarisme inadmissible qui supprime l’apport Humain de sur cette Terre !

Toujours dans la continuité de la présentation, si on jette un coup d’œil sur la 4° page verso de quelques éditions, et c’est à l’auteur que revient cette charge, on notera sûrement un changement catégorique ou plutôt un virement à 180 degrés : Dans l’édition de 1974, la toute première, on peut lire : "Cette Révélation, dictée par le Christ d’une voix d’homme (40/3), représente un évènement d’importance biblique, une date capitale des rapports entre Dieu et l’homme et de l’histoire du Salut : Elle prend place parmi les Ecritures Saintes ; Elle est bien un Evangile : un enseignement complet et universel du Christ en vue de la rédemption. Loin de remplacer ses quatre illustres antécédents, cet Evangile vient les parfaire ; son but évident est de désenliser le chrétien des erreurs, mensonges et bavardages inutiles qui se sont répandus de siècle en siècle sur la Parole déjà donnée, barrant la voie du Salut. Il condamne les Eglises et leurs clergés, dénoncés comme principaux agents de l’erreur, mais aussi les structures hypocrites et  injustes de notre société pseudo-chrétienne". Ce qui veut dire que cet évangile qui vient parfaire les quatre antécédents, concerne seulement les chrétiens, puisqu’il s’agit de la rédemption, de leur histoire du Salut, et des structures hypocrites et injustes de la société pseudo-chrétienne.

Bien plus, il est dit clairement dans Évangile 14/ 2 – 3 : « Les épis les plus lourds seront les plus difficiles à gerber : ceux poussés à Rome et à Athènes. Un rempart d’épines les tient loin de ta faux ; un orgueil inouï dresse leurs tiges comme des lances. Que ton courage ne faiblisse pas devant eux, car ils sont Ma plus belle Récolte. Tu devras brûler les épines sans brûler les épis pour L’atteindre et, pour en ployer les tiges, te blesser les mains à leurs barbes raides ; (tu devras) gémir sous le poids de leurs gerbes ». Comment voulez-vous que ces 2 versets puissent concerner les musulmans ?! Impossible ! C'est clair et parfaitement clair, que cela désigne le christianisme catholique (Rome) et celui orthodoxe (Athènes). De quel droit insère-t-il ’Islam ?

Le 4° verso de l’édition 1989 commence par un titre en gros caractère disant : "La Révélation d’Arès est l’évènement le plus important depuis le Bible et le Coran" !! Et la première phrase d’assurer : "Reçu surnaturellement en 1974 et 1977, voilà le puissant appel à la liberté et au bouleversement lancé à l’homme encore enchaîné à un système de valeurs fausses et de pouvoirs, soumis au mensonge, à l’inégalité, à la violence et à la mort après les millénaires de judaïsme, de christianisme et d’islam inaccomplis" !! Là on ne peut que se demander de quel droit le sieur Potay juge-t-il le Qur’ān et trouve qu’il est "inaccompli" ?! Qu’est-il arrivé qui puisse le faire changer d’avis à ce point et inclure l’Islam dans un message qui, comme il l’a précisé lors de la première édition, il y a presque une quinzaine d’années, ne concernait que les chrétiens ?

Au bas de la même page, dans la présentation de l’auteur, il écrit de lui-même : "Pourtant, si cet homme n’était pas le prophète donné au monde à l’approche du XXI° s., l’égal d’Abraham, de Moïse, de Jésus et de Mahomet, alors  tout ce que contient ce livre serait faux. C’est impossible". N’est-il pas curieux de voir Potay continuer la trame de l’Eglise et ses distorsions concernant le nom du Prophète Mohammad (sws), et continuer à écrire "Mahomet" ? N’est-il pas curieux de voir que les deux textes de la RA, prononcer le nom correctement, "Mouhamad", et malgré cela Potay, l’ex-prêtre ou ex-évêque, opte pour cette vilénie à l’intérieur de ses commentaires ?

Le verso de l’édition 1995 commence par le même titre que 1989, et le second paragraphe débute par cette phrase : "Cette révélation, cependant, n’est pas toujours rangée dans le rayon "religion", parce qu’elle repousse et dépasse toute "religion". Elle est encore plus étrangère à l’ésotérisme. C’est un livre de vie pour l’âme et le monde à venir". Et le quatrième paragraphe de répéter : "Aucune espérance fondée sur la Parole révélée, notamment le judaïsme, le christianisme et l’islam, n’a été accomplie" ! Si en tant que prêtre il a tout droit, et pour cause, d’accuser les textes du judaïsme et du christianisme, comment ce permet-il de juger de l’Islam, après vingt ans de méditation et de lecture d’une parole qui lui dicta : Ferme tous les livres sauf "Mouhamad",  surtout que l’Islam ne rentrait pas sous la coupe de la RA dans sa première publication en 1974 ? N’y a-t-il pas là quelque chose d’intrigant ?? Bien plus, comment nie-t-il la relation de la RA avec l’ésotérisme alors qu’elle lui fut dictée selon un des domaines ésotériques ?!

 Quant à la présentation de l’auteur, on lit : "Frère Michel est français, né en 1929, Ingénieur   athée de 1954 à 1964, il fit ensuite une brève recherche dans l’ésotérisme qui ne le convainquit pas. (…)En 1977 le Livre lui fut révélé et paracheva son prophétisme". Drôle d’escapade du domaine ésotérique, qu’il nie à deux reprises, puisque très tôt dans sa vie il accompagnait sa mère assister à des séances spirites, puis étudia amplement ce domaine selon les théories du XIX° s. finissant, puis selon les "pouvoirs secrets de l’homme" en rapport avec les expériences télépathiques menées par la marine américaine. Puis il ouvra une clinique à Lyon, où il pratiqua pendant deux années consécutives. Et le voilà qui gomme toutes ces expériences en disant qu’il "fit de brèves recherches dans l’ésotérisme qui ne le convainquit pas" ?! Les brèves recherches ne prennent jamais des années, sinon de quoi qualifierait-il les longues ? C’est pourquoi le fait de s’exprimer à géométrie variable, dans toute cette RA, porte atteinte au document et à son auteur.

*  La promotion grandissante de Potay :

Après avoir mis à nu les tenants de l’Eglise, dénoncés leurs ruses et leurs hypocrisie, Jésus tranquillise Potay : "Mais qu’ils veuillent te mordre, Je ne permettrai pas qu’ils mordent Mon Messager" (15/1-3)… Et la promotion de Potay va grandissante ! Si l’évangile se termine par "Désormais tu es Mon Messager" (40/6), le Livre surenchère et dit de Potay : Il est béni, il donne la vie (IX/26) ! Il devient Nabi à deux reprises (XX/1) et (XX/8), puis, Potay est confirmé prophète, sa parole est la parole de Dieu, sa part est la part de Dieu, et finit par être "l’Honneur de Dieu" (XXXVI/10) ! N’est-ce pas un peu vulgaire à l’égard du Créateur ? Bien plus, la note du verset I/4-5, de l’édition 1989 dit : "Depuis Philippe, le frère Michel comme ecclésiastique descend bien en ligne directe de la "succession apostolique", en l’occurrence de l’apôtre Philippe" !! C’est Potay qui écrit les "notes" ! Est-ce admissible ?!

Il est clair que tout ce qui importe Michel Potay est sa propre escalade : parachever sa promotion de "prophète", se tramer une succession apostolique, universaliser le texte et devenir le prisme par lequel Dieu parle à toute l’humanité ! Rien de moins.

Dans l’édition de 1989, dans laquelle il a inséré l’Islam dans sa mission, Potay commente les versets (1/6-8) en disant : "Le témoins d’Arès ne s’en tiendra pas à transmettre ce qu’il reçoit, il purifiera ce qui fut reçu de Dieu avant lui, en débarrassant le Livre des écrits ajoutés ou corrompus par les siècles. Cet ordre concerne beaucoup moins le Coran. L’Islam le transmet droitement, à condition de le lire dans la fidélité à l’essentiel". Alors pourquoi insère-t-il l’Islam à moins qu’il n’y ait un autre arrière-fond, surtout si on ajoute la mission universelle qu’il se confère ? Par contre, il n’a absolument rien fait, comme il lui a été indiqué, par Jésus "corporellement", et par Dieu, "personnellement", pour purifier ce qui fut reçu de Dieu avant lui, à savoir judaïsme et christianisme. Et là je me permets de demander, non seulement à Potay, mais aussi à ses adeptes, surtout à ces musulmans qui acceptèrent la participation : Qu’est-ce que la RA a apporté de neuf ou de solide qui ne se trouve pas dans le Qur’ān ?!

Contradictions du Texte et des notes :

* Le Texte : Il me peine de dire que les contradictions se trouvent dans le texte même de la RA, et dans les notes de Potay. Dans l’Evangile donné à Arès, c’est Jésus qui parle, au verset 23/4 il dit "comme je l’ai livré aux prophètes et aux disciples". Nul n’ignore que celui qui livre aux prophètes c’est Dieu, celui qui livre aux disciples c’est Jésus. Qui est-ce donc qui parle ici : Dieu ou Jésus ?! Evangile 32/2 : "l’homme Jésus n’est pas Dieu, c’est le Christ qui est Dieu, c’est Moi né de Jésus né de Marie" : Est-ce que Dieu est né de Jésus et de Marie, je ne vois pas comment ?! Evangile 32/5 : Jésus, dit de Jésus : "Je l’ai fondu en Moi ; j’en ai fait un Dieu ; il est devenu Moi" ! Qui est-ce qui parle Jésus ou Dieu ? C’est Jésus qui est apparu à Potay, comme il insiste à préciser plusieurs fois, en chair et en os, donc ici, dans ce verset, c’est surement Jésus qui parle : est-ce qu’il a fondu Dieu en lui, et en a fait un Dieu, puis ce Dieu est devenu Jésus ?! Evangile 37/3, c’est Jésus qui parle : "Tu pourras dire : "j’ai vu Dieu" ! Ces mélanges sont-ils logiques ?!

* Les notes : Il est dit dans l’avertissement du Livre : "Les mots et les phrases entre parenthèse dans le texte de la révélation sont des compléments rédigés par le témoin en personne pour faciliter la compréhension", etc. Nombreuses sont les notes qui n’ont rien à voir avec le Texte, à ne citer comme exemple : le texte dit : XXXII/1 "le roi blanc, son fils, son corps coule dans l’eau noire". Potay commente dans les notes : "Le roi blanc, son fils" = "toutes les religions et leurs dérivés. Elles sont vouées à se noyer (couler) dans leurs propres erreurs" ! D’abord, quel rapport y a-t-il entre le texte et le commentaire ?! Ensuite, après que Dieu lui ait dit de fermer tous les livres sauf celui de Mouhamed, comment Potay se permet-il de dire que l’Islam sera noyé dans ses propres erreurs ?! Verset XXXIII/12 : "Tu écris, le vent ride la mer" = "Ce qu’écrit Mikal dans le cadre de sa mission est comme écrit par le créateur" ! Appliqué au commentaire précédent on reste bouche bée ! Verset XII/8 "Le feu lourd tombe le bec de fer sous la mer." = "Soit une invention humaine aussi insensée que catastrophique (bombe nucléaire), soit un fléau naturel encore inimaginable (éruption sous-marine géante, tsunami, pollution monstre ?), peut anéantir aujourd’hui si fière de ses conquêtes scientifiques et politiques" ! Non seulement quel rapport y a-t-il avec le texte, mais où ces trois lignes d’explications trouvent-elles raison ?!!

Un dernier point que je soulève vraiment avec peine : les commentaires de Potay sur le choix divin de sa personne et les réponses qu’il donne sur son blog. Qu'il ignore toutes les Raisons Célestes pour lesquelles il a été choisi ou qu'il reste encore ébahi de ce qui lui est arrivé, libre à lui, mais qu'il dise qu'il a été choisi par hasard ! ... Un homme parmi les hommes, dont le nom a été tiré d'un grand chapeau, ce qui revient à dire que Dieu joue de la loterie ou à la roulette, au hasard, et il le répète !!! Je n’ai que dire d’une telle plaisanterie mauvais goût à l’égard de Dieu en le plaçant dans un Casino !

Ci- suivent trois citations de son blog, décembre 2011, juillet 2012, et février 2015, il y en a plus, car il le répète à l'envie :

*  28  déc. 11   125C6      Réponse :

« Voilà des compliments qui m'ébahissent un peu.

 Je ne crois pas que je sois un être exceptionnel. Je suis seulement un être qui a vécu une expérience exceptionnelle et qui depuis lors remplit une mission exceptionnelle. Ce sont ces événements et mission qui sont exceptionnels. Pas moi.

 Dans le Sud, il arrive, dans l'exercice de mon apostolat, que des personnes venues m'écouter au local de mission me demandent: "Pourquoi avez-vous été choisi pour être le témoin de Dieu ?" Je répond "C'est comme si vous demandiez au gagnant de l'Euromillion: Pourquoi vous ? Il ne pourra rien vous répondre. À mon avis, en ce qui concerne l'événement d'Arès et La Révélation redonnée à Arès: Dieu pour trouver un témoin a mis dans un chapeau tous les noms de tous les humains écrits sur des petits bouts de papier et il a tiré un papier au hasard. C'est tout bonnement tombé sur un type appelé Michel Potay à Arès en Gironde, France. Ç'aurait pu tomber sur vous," et j'ajoute quelquefois, si le questionneur me paraît possiblement réceptif : "Voilà pourquoi vous devez vous considérer comme destinataire à part entière de La Révélation d'Arès." »

*  28 juil. 12   132C54      Réponse :

 « Votre commentaire est très sympa, malgré quelques petites erreurs comme celle-ci: Vous dites: "...le pouvoir illusoire de domination ayant gangréné leurs âmes, comme celles des politiques aujourd'hui," mais en fait, selon La Révélation d'Arès, leurs âmes n'ont pas été "gangrenées" mais simplement empêchées de naître.

Concernant "le choix du Messager", non, Jésus ne m'a pas répondu. J'ignore et j'ignorerai peut-être toujours pourquoi j'ai été choisi, si tant est que j'aie été choisi, parce que je crois plutôt que le Père a mis dans un grand chapeau les noms de tous les hommes et en a tiré un au hasard. C'est tout bêtement tombé sur moi. De toute façon, le Message que j'ai reçu, je ne l'ai pas reçu pou moi, mais pour toute l'humanité.

 Pour ma part, je m'applique à rassembler le petit reste (Rév d'Arès 24/2) que le Père m'envoie personnellement réunir en suivant les directives qu'Il m'a données.

 Oui, l'humanité a la possibilité de se détruire aujourd'hui avec l'oxyde de carbone, l'ozone, etc., mais je pense qu'elle l'a toujours eue, même au temps où elle était beaucoup moins nombreuse, ne serait-ce que par la peste, le choléra, la variole, etc. toutes les maladies infectieuses, aujourd'hui vaincues, qui faisaient de grands ravages au temps du Bouddha. »

*  20 fév. 15  162C13     Réponse :

« Voilà une question, frère François, qui m'a été souvent posée, très souvent à Nice où j'ai été en mission en 2010, 2011; 2012, 2013 et 2014: "Pourquoi Dieu serait-il venu parler en France ?" Cette question est généralement accompagnée d'une autre question : "Pourquoi Dieu vous a -t-il parlé à vous, Michel Potay ?"

 À cette dernière question, on sait comment je réponds: "Dieu en fait parle à l'humanité, mais celle-ci est tombée en déficience, et comme pour éviter les désaccords survenant dès que deux pécheurs voient et entendent une même chose, Il n'a voulu parler qu'à un seul, qu'il a gratifié du charisme de Vérité. J'imagine qu'il a écrit sur des petits papiers les noms de tous les hommes, les a pliés, mis dans un chapeau et en a tiré un au sort: C'est tombé sur moi."

 À la question: "Pourquoi Dieu serait-il venu en France ?" je réponds par déduction: "Puisqu'il a tiré du chapeau le nom d'un Français, Dieu est venu en France. Il aurait aussi bien pu venir en Allemagne, en Lituanie, au Brésil."

 C'est la façon que j'ai de dire que je ne sais pas. En fait, je suis incapable de répondre à ces questions. » 

*  Récapitulation : Lorsque le choix de Dieu tombe "Tout bêtement" sur Potay, "gratifié du charisme de la Vérité", et qu’il soit "tiré au sort", comme d’un Casino Céleste, pour l’investir d’une mission dont il précise la visée : "Un monde changé sans religion ni politique, ni institutions interventionnistes ou dirigistes, [que] l’universalité de ce livre ne donne plus accès aux cultures, puisqu’elles sont implicitement dénoncées dans la RA, et que les trois religions seront noyées dans leurs propres erreurs", puis voir que des gens acceptent cet illogisme, pour ne pas dire cette mascarade, surtout des musulmans qui ont le Qur’ān entre les mains, on ne peut que se demander sur la réalité qui se meut derrière ces textes qui se veulent universalisés !

Un texte qui se veut divin, n’a pas à patauger dans la politique discriminatoire du quotidien,  sinon il perd son statut ou son désir d’universalisme. Bien plus, un texte qui incite si amicalement à une fraternité avec les juifs/sionistes, alors qu’ils ont usurpé tout un pays qui ne leur appartient point, qui ont massacré ses habitants et continuent de le faire, qui ont poussé ceux qui restent de parmi eux dans un camp de concentration à ciel ouvert, dans des conditions inhumaines, atroces, au vu et au su de tout le monde, est un texte raciste, biaisé, et loin d’être divin, absolument loin.

Une remarque incontournable reste à faire : La RA est écrite de sorte que chacun des adeptes des trois monothéismes s’y sente plus ou moins familier, représenté. Puis, vient l’amalgame, puis la noyade, pour finir par se trouver dans un nouvel ordre mondial ! N’y voit-on pas clair ?!

La flambé de réactions agressives et mal fondées que j’ai vu dans les commentaires des 2 articles précédents, par quelques arésiens, laissent à désirer quant à la pratique de cet amour fraternel, qui se veut universel, tel que décrit par la RA. Mais quelles que soient les réactions à venir, cela ne changera en rien toutes les contradictions et les incohérences qui se trouvent dans les deux textes, dans leurs commentaires, et surtout dans leur visée inadmissible.

Que quelque musulmans le suivent, libre à eux c’est leur choix, mais d’ici à "enrôler les pays islamisés", comme l’écrit Potay, et non "les pays musulmans", alors que le texte ne l’exprime point, il faut y voir clair…  

 

Zeinab Abdelaziz

Samedi 17 octobre 2015

 

Pour ceux qui désirent développer leurs connaissances sur :

  L"ISLAM

  Le Jihād en Islam (1/2)

  Le Jihād en Islam (2/2)